Les pratiques soignantes des Celtes : Médecine et Magie

Peu de temps après la conquête de la Gaule, sous le principat d’Auguste, le sénat promulgua un senatus consulte interdisant aux citoyens romains de participer aux cultes présidés par les druides. Généralement tolérants à l’égard des pratiques religieuses des peuples vaincus, les Romains adoptent ici une politique d’encadrement des cultes rappelant celle mise en place plus d’un siècle et demi auparavant, en Italie même, à l’encontre des dévots de Bacchus , au début de l’Empire, différents cultes étrangers (Divinités égyptiennes, Bellone etc.). Les condamnations répétées des Druides amènent à la disparition rapide de la culture celtique continentale, d’autant plus aisément que le druidisme rejette l’écrit au profit de la seule oralité. Hors de l’Empire, en Bretagne insulaire et en Irlande, ce mouvement religieux se maintient. Il n’est donc pas surprenant de retrouver dans la littérature médiévale irlandaise des mentions de « druides ». Sans doute très présents dans l’île jusqu’au VIe siècle, ces personnages s’effacent face au développement du clergé chrétien. Leur statut se dégrade peu à peu jusqu’au rang de simple magicien. Leur compétence en matière médicale apparaît dans des textes tardivement consignés qui dévoilent quelques aspects du savoir médical et parfois magique de l’Irlande médiévale et peut-être des époques antérieures.

Druide

Ainsi, apprend-on qu’au début du Moyen-âge les médecins irlandais sont parfois des femmes, qu’il existe toutes sortes de diètes alimentaires : « pas de bière sans l’aval du médecin, pas de viande de cheval », que le miel est bon pour tout, sauf pour les maladies intestinales. Ces codes de lois révèlent l’usage de végétaux aux propriétés remarquables : le cainnenn, l’oignon et l’imus, le céleri mais aussi trois herbes étrangères et non identifiées, propres à guérir une blessure au visage, celle d’un roi uniquement. Dans le domaine du droit, l’incapacité à allaiter est une cause de divorce avec récupération de la dot, alors toute contestation sur les résultats des traitements débute par la confiscation du fouet du médecin (qui est cavalier ou qui voyage en char) et de son sac-mallette (linchor) dans lequel les herbes sont rangées, bien séparées les unes des autres. Les instruments médicaux ne sont en revanche guère décrits ; tout juste sait-on que le médecin utilise la lancette et emploie des bandages ; il opère pourtant, et si par erreur ce chirurgien coupe un tendon il doit à ses frais remettre le patient sur pied.

Des récits mêlant héros et avatars de divinités païennes dressent le portrait d’une société fortement hiérarchisée, rurale, guerrière, pratiquant le vol du bétail, régi par un droit primitif fondé sur le rang social, laquelle évoque l’âge du fer continental. On retrouve un personnage désigné comme le « drui » (druide) qui occupe une position sociale majeure, quasi égale à celle du roi (rí) (mais très différente de celle qui a dans les textes juridiques). Tout à la fois astrologue, magicien, éducateur de la jeunesse, garant du droit, ce savant est aussi thérapeute. Il partage donc certains des traits avec le druide gaulois tel que décrit par les héritiers de Poséidonios d’Apamée.

 Les compétences de ce savant s’expriment dans trois genres de médecine : l’une est sanglante et donc chirurgicale, l’autre basée sur l’usage de plantes, la dernière fondée sur l’incantation. La première est le fait de grands spécialistes.La deuxième pratique médicale que l’on peut qualifier de phytothérapie est aussi liée aux fontaines de santé près  desquelles (ou dans lesquelles) on plante des végétaux aux vertus médicinales. Les textes manquent de précisions sur les espèces utilisées et évoquent des divinités telles Lugh (probablement une ancienne divinité pré-chrétienne, parfois qualifiée de « Samildanach » « polytechnicien », comme le fut le « Mercure » gaulois, « habile dans tous les arts » selon César), Diancecht (divinité en charge la médecine et la magie en Irlande) et qui partage ses talents avec ses enfants). Parallèlement à la chirurgie et la phytothérapie, il existe une médecine incantatoire capable de guérir les guerriers placés auprès de sources et de s.

Bibliographie 

C. J. Guyonvarc’h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Editions Payot et Rivages, 1997, 418 pages.

Texte partiel et modifié de la conférence « Magie et médecine chez les Celtes » donnée le 23 mai 2011 à l’Université Lyon 2.

Pour citer cette page : Franck Perrin 2013, « Médecine et Magie chez les Celtes (1er partie) », Les Sens des Signes (hypothèses.org), 31 mai 2013 [En ligne] http://sensdesign.hypotheses.org/magie-et-medecine/medecine-et-magie-chez-les-celtes-ier-partie

Author: sfl73_pass_Sa03Na08

DIPLOMES 1980 Diplôme d’Etat d’Infirmière 1996 Diplôme de Cadre de Santé 1998 DU de Soins Palliatifs 2007 DU Ethique Soins et Santé PARCOURS PROFESSIONNEL 1980-1983 Infirmière AU CHU de Rouen 1983-1995 Infirmière dans les services de Médecine et de Cure Médicale dans un Hôpital Local Faisant fonction de cadre à partir de 1989 Infirmière Coordinatrice du SSIAD rattaché à l’établissement en 1993 1996-2002 Cadre de Santé au CHU de Rouen dans différents services, de nuit puis de jour 2002-2005 Cadre de Santé en EHPAD dans un CH de la région Normandie, responsable de 6 unités de soins soit 167 lits et chargée de missions transversales (notamment la Gestion des Risques) 2005-2018 Cadre de Santé Formateur à l’IFSI du CHU de Rouen TRAVAUX REALISES: mise en place d'un SSIAD, Transmissions ciblées, Chef de projet sur la réalisation d'un film illustrant le protocole de pose d’une bande de contention veineuse et présentation dans différents congrès, évaluation de la prise en charge de la douleur, évaluation de l'éducation des patients sous AVK, référent SIIPS, Participation au groupe de travail sur la mise en place des CLAN (Comité de Liaison Alimentation Nutrition) à la DHOS, gestionnaire de risques, animateur d'un groupe d'évaluation dans le cadre de la certification, réalisation d'audits, participation à l'élaboration et à la réactualisation de protocoles de soins. PARTICIPATION AUX INSTANCES: Conseil d’Administration, Commission de Soins, CLAN.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.